Radiothérapie des cancers du col de l'utérus

Télécharger la fiche d'information

Le traitement

La consultation initiale

Au cours d’une consultation dont la durée varie de 20 à 45 minutes, vous rencontrez votre médecin référent. Celui-ci va vous interroger sur vos antécédents personnels et familiaux, les traitements que vous prenez et faire un point sur l’histoire de votre maladie. Après un examen clinique, il va vous expliquer le déroulement de la radiothérapie, ses objectifs et les éventuels effets secondaires.


Cette consultation est l’occasion pour vous de poser les questions que vous pourriez avoir sur votre maladie ou le traitement proposé.


A l’issue de cette consultation, votre médecin vous proposera la réalisation d’un scanner de simulation qui pourra être éventuellement complété d’une IRM ou d’un TEP scanner.

Un traitement par curiethérapie utéro-vaginale pourra également vous être proposé par votre oncologue-radiothérapeute. Elle joue un rôle central dans le traitement de ces cancers du col de l’utérus et est utilisée en complément de la radiothérapie externe ou bien en association avec la chirurgie. Il s’agit d’une “radiothérapie interne”. Le principe du traitement est d’appliquer localement et temporairement une source émettant des rayonnements qui vont détruire les cellules tumorales à proximité, en ne délivrant qu’une faible dose aux organes voisins.

Le scanner de simulation

Afin de limiter les effets secondaires pouvant survenir au cours et au décours du traitement une préparation de type «vessie-pleine et rectum vide» pourra vous être demandée lors la réalisation du scanner de simulation ainsi que pour l’ensemble des séances de radiothérapie.

Le manipulateur de radiothérapie vous installe sur la table du scanner dans la même position que celle que vous aurez pour les séances de traitement.

Une fois le scanner réalisé, celui-ci sera utilisé par votre médecin pour programmer votre traitement.



La dosimétrie

Une fois le scanner de simulation réalisé, votre médecin va définir les zones à traiter mais aussi les organes sains à protéger. Pour ce faire, il suit les recommandations des sociétés savantes internationales de manière à vous offrir un traitement de la plus haute qualité et dans les meilleures conditions de sécurité.



Les séances de traitement


Les séances de traitement ont lieux tous les jours de la semaine sauf les week-ends et les jours fériés.

Lorsque vous arrivez, le manipulateur de radiothérapie vous invite à vous préparer dans votre vestiaire puis vous installera sous la machine de radiothérapie dans la même position que lors du scanner de simulation.

Seront ensuite réalisées des images afin de s’assurer que vous êtes parfaitement positionnée. Le médecin donne alors son accord pour la réalisation de la séance de traitement. La durée de chaque séance est d’une dizaine de minutes.

Durant toute la durée du traitement, vous voyez votre médecin en consultation une fois par semaine. C’est l’occasion pour votre médecin d’évaluer les éventuels effets secondaires, et pour vous de poser les questions que vous pourriez avoir.

Les effets secondaires

Pendant le traitement

Vaginaux

Ils sont liés à l’inflammation de la muqueuse vaginale entrainant sécheresse, pertes vaginales, rarement quelques traces de sang non inquiétantes, lorsqu’elles sont peu abondantes et peu prolongées. En cas de prédispositions aux poussées herpétiques, le traitement peut favoriser la récidive. Il est recommandé de le signaler à son médecin avant le début du traitement, une prévention des poussées pourra être mise en place.

Conseils :

· Des crèmes ou ovules hydratants peuvent être prescrits par le médecin oncologue radiothérapeute.

· Des bains de siège à l’eau tiède peuvent également soulager. Ils pourront être complétés par le médecin avec un antiseptique.

· Il est préférable de suspendre toute activité sexuelle après la chirurgie et pendant la radiothérapie afin de permettre la cicatrisation


Urinaires

Ils sont liés à l’inflammation des muqueuses urinaires. Ce sont des effets secondaires assez fréquents, qui se manifestent comme une infection urinaire : brûlures urinaires, envies fréquentes et pressantes d’uriner, rarement quelques traces de sang (urines rosées).

Conseils :

· Bien respecter les consignes de préparation en buvant bien avant les séances.

· Il est indispensable d’avoir une bonne hydratation tout au long du traitement (environ 1,5 à 2 L d’eau) ce qui permettra d’éliminer correctement la chimiothérapie et d’avoir des urines moins concentrées, contribuant ainsi à moins irriter la vessie.

Digestifs

On distingue l’inflammation du rectum qui occasionne des envies pressantes d’aller à la selle, parfois des émissions de glaires ou des saignements minimes et l’irritation de la muqueuse intestinale qui se manifeste par des diarrhées, des douleurs abdominales (ballonnements) et rarement des nausées ou vomissements.

Conseils

· Dès la survenue de symptômes parlez-en à votre médecin.

· Bien suivre le régime alimentaire prescrit.

· Un traitement par antalgiques, anti-spasmodiques et/ou anti-diarrhéiques pourra être prescrit par l’oncologue radiothérapeute lors de la consultation en cours de traitement.

Au niveau cutané

Les effets secondaires sont rares depuis la mise en place des nouvelles techniques de traitement. Le principal effet est la chute des poils pubiens.

Fatigue

Elle n’est pas systématique et n’est généralement pas due au seul traitement radiothérapique. Elle est surtout secondaire aux déplacements quotidiens et à la répétition et à l’accumulation des traitements (chimiothérapie, chirurgie ...) ainsi qu’aux éventuels changements de régime alimentaire.

Conseils :

· Les siestes pendant la journée et le besoin de se coucher tôt le soir, sont courants.

· Il est conseillé de faire appel à des amis, la famille, une aide ménagère pour les soins aux enfants, le ménage, le linge, les courses, les repas, les démarches administratives.

· Il est généralement conseillé de vivre le plus normalement possible, il faut parfois apprendre à adapter les activités quotidiennes aux capacités du moment sans se forcer à être trop active.

Après le traitement

Des effets secondaires « dits tardifs » peuvent persister plusieurs mois après la fin du traitement.


Il peut s’agir de selles irrégulières ou fréquentes, de ballonnements, de rectorragies (sang rouge dans les selles), de signes de cystite.


Au niveau génital, il peut se manifester une diminution de la taille du vagin qui peut empêcher ou rendre temporairement douloureux les rapports sexuels. Des gels lubrifiants peuvent être utilisés. Une rééducation vaginale peut être nécessaire après la radiothérapie pour éviter l’apparition d’un rétrécissement vaginal.


Toutefois, il faut savoir que les cancers ne sont pas contagieux et que les relations sexuelles sont envisageables après le traitement.


Suivi et surveillance

Au terme de la radiothérapie vous serez revue en consultation de fin de traitement par votre oncologue-radiothérapeute pour évaluation précoce de vos effets secondaires liés au traitement. Puis une nouvelle consultation sera programmée avec bilan d’imagerie et examen clinique 6 à 8 semaines après la fin du traitement. Une surveillance alternée sera également organisée avec votre gynécologue.

Préparation avant le scanner et avant les séances de radiothérapie pour un cancer col de l’utérus

L’objectif de ce protocole de préparation avant le scanner et les séances de radiothérapie a pour but d’améliorer la fiabilité du traitement et réduire les risques d’effets secondaires.

Préparation urinaire

Avant le scanner et chaque séance de traitement nous vous demandons d’uriner une heure avant, puis de boire 500mL d’eau. Au bout d’une heure, vous devez ressentir une envie d’uriner mais être capable de retenir vos urines.

Durant toute la durée du traitement nous vous demandons de vous hydrater correctement et de boire un minimum de 2 litres d’eau par jour.

De plus nous vous conseillons de limiter les boissons gazeuses, les boissons caféinées et le thé.

Préparation digestive

Régime alimentaire

Ce régime est à débuter une semaine avant le scanner dosimétrique et à poursuivre pendant toute la durée du traitement. Il a pour but de limiter la présence de gaz dans votre tube digestif ainsi que les troubles du transit.

Vous devrez éviter de consommer les aliments suivants :

· Fruits et Légumes : légumes verts cuits, crus et en salade, choux, navets, poivrons, légumes secs, flageolets, vert de poireaux, oignons, ail, champignons, tous les fruits crus, fruits secs oléagineux (noix, noisettes, amandes, cacahuète)

· Produits lactés : fromages fermentés, fromages au lait cru (camembert, brie, bleu,...), lait sous forme de boisson

· Féculents : pommes de terre en sauce, frites et chips, céréales complètes avec sucre

· Viandes, poissons, œufs : viandes et poissons en conserve ou cuisinés en sauce, faisandés, panés, charcuterie grasse, rillettes, boudin, œufs frits

· Pains et dérivés : pain complet, pâtes feuilletées, pâtes levées, farines complètes, pain de seigle et de soja

· Sucre et dérivés : sorbets, pâte d’amande, dragées, marrons glacés

· Matières grasses : chantilly, mayonnaise, beurre frais, pâtisseries, friture, crème

· Boissons : vin, bière, cidre, apéritifs, digestifs, sodas, café fort, jus de fruit avec pulpe

· Aromates : épices (poivre, harissa, piment, raifort, curry, pili-pili), moutarde, cornichons, câpres, olives

· Divers : aliments glacés, quenelles, sauces toutes prêtes, cassoulet, choucroute, plats cuisinés surgelés, raviolis, aïoli, moutarde, cornichons, câpres, olives

Laxatif

Durant la consultation initiale votre médecin vous remettra une ordonnance pour un laxatif (type microlax) que vous devrez prendre 1 heure avant le scanner de simulation et chaque séance. Si vous avez de la diarrhée durant le traitement, parlez-en à votre médecin qui pourra interrompre la prise de laxatif.

7 vues

Posts récents

Voir tout

Cancer du sein

Cancer de la prostate

Cancer du poumon

Cancer de l'oesophage

Cancer colorectal

Cancer de l'endomètre

Cancer du col de l'utérus

Cancer ORL